Sites de parapente à Madagascar


Vincent devant le Karambony

Et oui, ça vole à « l’île rouge » !  Surnommée ainsi, Madagascar offre la diversité d’une nature unique au monde où l’on retrouve les sensations d’espace et de liberté. Carrefour entre Asie et Afrique, c’est une destination encore préservée du tourisme de masse.
Île étrange. Île envoûtante. Île du moramora où le temps semble parfois s’être arrêté.

Déployer ses ailes à Madagascar est une expérience unique qui ne laisse pas indifférent.

INFORMATIONS GENERALESCARTE DES SITESPHOTOS & VIDEOS
[tab title= »INFORMATIONS GENERALES »] [section background= »#e1e1e1″ color= »light » title= »Partir ! »]Voler à l’étranger est toujours une expérience unique et enrichissante. Les paysages, les sensations, les contacts humains laissent des souvenirs inoubliables. Seulement, l’éloignement, les changements de rythme et de nourriture, la fatigue font que la prise de risque est plus importante qu’un vol en Europe. Il est très important de garder une marge de sécurité plus grande qu’à votre habitude pour éviter un accident, qui pourrait devenir rapidement dramatique. Ne vous laissez pas griser par une émulation de groupe, tel qu’il peut y avoir sur des sites fréquentés comme Agergour au Maroc, Pokara au Népal, Bir en Inde,… N’hésitez pas à renoncer si tous les voyants ne sont pas au vert.
Bien sur, faire des milliers de kilomètres et devoir attendre sur le décollage que la brise veuille bien se calmer est rageant, mais il est bien plus important de savoir renoncer et de ne pas refaire le retour en avion sanitaire ! L’absence de secours et de moyen rapide d’évacuation font d’un simple accident, une galère qui peut être lourde de conséquences.

[message]Un truc simple: volez avec une voile facile et au dessous de votre niveau habituel; Faites vous plaisir tout simplement ![/message]

L’aérologie aussi, doit-être analysé avec précaution. Les règles que l’on connait sur nos sites européens ne sont pas forcément les mêmes ailleurs. Il est parfois déroutant, voir dangereux, d’avoir des phénomènes aérologiques différent de ceux que l’on fréquente habituellement (thermique fort, même tôt le matin, brises qui s’inversent soudainement,…).
Enfin, respectez les réglementations ou même les usages et coutumes locales. Renseignez vous avant de voler sur des sites inconnus. Une antenne peut être militaire avant d’être un beau décollage et une belle pente à wagga peut cacher un tombeau !

Il est donc recommandé, même si vous êtes un pilote autonome techniquement, de partir encadré par un moniteur ou un guide qui connait les particularités aérologiques, les règlementations, les interdits et les coins secrets du pays. De plus il gérera l’intendance à votre place, vous n’aurez qu’a profiter du voyage… sereinement !

[/section]-[section background= »#e1e1e1″ color= »light » title= »Partir avec qui ? »]

Très peu d’écoles organisent des stages à madagascar.
Les plus impliqués sont:
Les Gens d’Air: l’école de Vincent Brisard organise des séjours itinérants sur l’île depuis la fin des années 90 avec des vols sur sites ou en treuil.
– Changer d’Air Parapente: L’école de Manu Deneker organise des séjours itinérants sur l’île avec des vols sur sites ou en treuil.
Parapent’aise: Moniteur d’expérience à la Réunion et en France, Patrick Moroni organise des séjours itinérants modulables.

Madagascar Sport Concept: Si vous êtes un ou des pilotes autonomes, Jérôme, pilote de parapente, organise  au sein de cette structure  des séjours sur mesure.
Madamax: Depuis de nombreuses années, Gilles organise des séjours aventures hors des sentiers battues, dont le parapente peut en faire partie.
Mada sport Exploration organise aussi des séjours parapentes autour d’Anstirabe ou ailleurs, pour les pilotes autonomes. Il est possible aussi de faire des vols en biplace.[/section]-[section background= »#e1e1e1″ color= »light » title= »Partir quand ? »]

Les meilleurs périodes pour voler à Madagascar sont avril/mai et mi-septembre/mi-decembre.
L’été les risques d’alizé et donc de vent fort sont important. De mi-décembre à fin février c’est la saison des pluies.[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Féderation malgache »]Il existe depuis peu de temps une fédération de vol libre malgache. Son sympathique secrétaire, Fidy Mpanjato Rakotonarivo, se fera un plaisir de vous renseigner, voir même de venir voler avec vous !

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Formalités d’entrée – Visa »]Il faut avoir un passeport valable encore au moins 6 mois après la date de votre retour et un visa obligatoire qui peut être délivré à l’arrivée à l’aéroport ou pris à l’ambassade de France avant le départ. Cette dernière solution, moins pratique, permet de gagner du temps (beaucoup, parfois !) à l’arrivée. Le visa est payant dans tous les cas.
Visa valable de 0 à 30 jours  = 31 euros
Visa valable de 31 à 60 jours = 39 euros
Visa valable de 60 à 90 jours = 54 euros

Les tarifs peuvent varier selon les années. Pour avoir les derniers infos: Ambassade de Madagascar en France

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »lax » title= »Devises et carte bleu »]

La monnaie malgache est l’ariary. Le taux de change est d’environ 3000 ariary pour 1 euro.

Il est recommandé de changer rapidement à l’arrivée, même si on trouve des distributeurs automatiques d’argent liquide dans presque toutes les banques des villes. Dans les petites localités, allez directement aux guichets, où les délais peuvent être assez variables. Toujours avoir de la petite monnaie sur soi car les commerçants et chauffeurs de taxi en ont rarement. Il est possible de régler en euros bien souvent.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Vaccins – Paludisme »]

Aucun vaccin n’est obligatoire pour les voyageurs en provenance d’Europe, mais il est recommandé d’être à jour pour l’hépatite A, hépatite B, DTCP, fièvre typhoïde et fièvre jaune.

Paludisme:
L’ensemble du pays est classé en zone 3. Quasiment toute l’île est touché, bien que le risque de paludisme est moins fréquent dans les Hautes Terres sauf de novembre à avril ; en hiver il y est quasi nul. Le risque est constant toute l’année sur les côtes est et nord en raison de la végétation plus dense et d’un taux d’humidité plus élevé que sur la côte ouest. Sous une ligne Morondava/Fort-Dauphin, au sud, la transmission est saisonnière (durant la saison des pluies).
Il est donc nécessaire de prendre un traitement antipaludique selon la saison et les lieux de votre séjour.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Assurance Responsabilité Civile Parapente »]

Vous devez impérativement posséder une assurance responsabilité civile qui couvre l’activité du parapente et qui soit valable à Madagascar

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Assurance assistance / rapatriement »]

Compte tenu du manque grave d’infrastructures hospitalières à Madagascar, il est indispensable de souscrire à une assurance de rapatriement internationale. Vous en possédez probablement une avec l’un de vos différents contrats d’assurance. Vérifiez que la pratique des sports aériens ne soit pas exclue. Dans le cas contraire, vous devez en souscrire une auprès de l’assureur de la FFVL ou de la compagnie de votre choix.
Le moindre accident peut devenir dramatique et aussi vous coûter très cher sans ce type d’assurance.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Prendre l’avion avec son parapente et sa radio »]

Il est recommandé quand vous prenez l’avion de mettre votre parapente dans un sac « neutre », mais c’est pas obligatoire. Pas de parano…
La radio est normalement autorisée.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » Title= »Quelques conseils généraux »] (pour tous voyages à l’étranger, d’ailleurs)

– Ne prenez aucun rendez-vous important dans les 24 heures qui suivent votre séjour (comme un mariage…): Un avion ça se rate ou peut avoir beaucoup de retard !
– Gardez en bagage à main vos affaires de toilettes, vos médicaments importants et vos chaussures de randonnée.
– Faites une copie de votre passeport. Elle vous sera utile si vous perdez l’original.
– Gardez sur vous un stylo, il vous servira pour les formalités de douane.

[/section]–[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Pourboire et cadeaux »]

A Madagascar, comme dans de nombreux pays, le pourboire est toujours une marque de satisfaction. A vous de bien évaluer le montant de celui-ci.
En aucun cas il ne faut donner de cadeaux aux enfants. Ne négociez pas de photos contre un bonbon ou un stylo et encore moins contre de l’argent. N’encouragez pas cette pratique.
Si vous avez apporté des vêtements, cahiers, stylos ou médicaments, distribuez-les dans les écoles ou dans les dispensaires.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Comportement »]

Autant que possible, respectez ces règles :
– Ne photographiez pas les personnes ou les villages sans autorisation de leurs habitants ou celle de votre guide si vous en avez un.
– Ne donnez pas directement de bonbons ou de gadgets aux enfants.
– Brûlez votre papier hygiénique.
– Si vous campez, ne jetez aucun détritus dans le feu. Repartez avec.
– Si vous êtes une femme, évitez les tenues provocantes.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » title= »Propreté et hygiène »]

En voyage, l’organisme peut être plus sensible le temps d’une rapide adaptation. Pensez à vous laver les mains fréquemment. Au restaurant ne consommez pas d’eau non décapsulée devant vous, et évitez les glaçons. Comme partout ailleurs dans le monde, les désagréments gastriques viennent de l’eau ou d’aliments insuffisamment cuits ou mal lavés.

[/section]-[section background= »#cce8f2″ color= »light » Title= »Informations complémentaires »]

Il y a plein d’infos sur le site du Guide du routard.

[/section]

Voici une carte provisoires, où vous trouverez quelques informations sur les sites principaux. D’autres informations suivront

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *